Si vous avez passé la journée sur l'organigramme

"Nobel" d'économie : Paul Romer et William Nordhaus (US) récompensés pour leurs travaux liant "croissance durable de l'économie mondiale et bien-être de la population de la planète" (cf sujet central) - Air France : la nouvelle direction propose une hausse de 4% des salaires (vs 6% exigés par les syndicats) - Remaniement : Macron se serait rangé à l'avis d'Edouard Philippe qui demande un changement d'ampleur. Jean Castex, élu local LR, ex Sec. General adjoint de l'Elysée sous Sarkozy, annoncé à l'Intérieur. 

Après +0,2% de croissance au 1er puis au 2e trimestre, la Banque de France relève sa prévision de croissance pour le 3e trimestre et attend désormais +0,5% 

Une France par an ou…

Une France par an ou…

"Des transitions sans précédents dans tous les aspects de la société", rien de moins, c'est ce que préconise le rapport du GIEC (groupe d'experts mandaté par l'ONU) publié aujourd'hui pour faire face au réchauffement climatique. Et effectivement la magnitude du défi est hallucinante, exemple : réduire les émissions de CO2 de 45% (vs leur niveau de 2010) d'ici 11 ans. Montant des investissements nécessaires aux mesures à consentir : 2 400Mds$/an. Soit le PIB de la France. Pour sauver la planète.

… et sinon, cet après-midi l'AFP casse (presque) internet en twittant le graphique ci-dessus sur les gestes qui réduisent le CO2 (et leur efficacité relative). A défaut d'investir votre PIB personnel dans une éolienne, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

En lire plus dans Les Echos

La petite table de la semaine

Paris - Osaka sans émission de CO2 (ou presque) et pour 8€. Mieux encore : trouver, rue St-Anne, une spécialité japonaise que vous ne connaissez pas. C'est possible ! Chez Happa Tei, découvrez les takoyakis : de petites boules à base de farine de blé/œuf/bouillon de poisson/ciboulette/gingembre et morceaux de poulpe, façonnées par le chef et cuites sur une plaque alvéolée. Un vrai spectacle. Et un régal encore plus incontestable. Partez pour Osaka.

Happa Thei - 64 rue St-Anne 75002 - 01 42 96 60 40

Chaque semaine, nos copains des Petites Tables partagent une adresse où bien déj à Paris... pour 10€ ou moins.

En voir plus sur les Petites Tables

description
Un Nobel pas comme les autres

Un Nobel pas comme les autres

L'attribution du Nobel d'éco à Nordhaus et Romer nous semble à la fois significative et intéressante. On vous explique pourquoi (avec des mots simples). 

Tout d'abord parce qu'après une longue série de Nobel "micro-économiques" (= l'étude de "détails" de ressorts spécifiques de l'économie, exemples : les contrats ou la rationalité des acteurs économiques), le Nobel de cette année revient à la macro-économie (= la croissance et sa régulation). Les 2 lauréats sont récompensés pour leur apport à l'analyse du développement éco : son interaction avec le changement climatique (Nordhaus) et le progrès technique comme facteur central de la croissance (Romer). 

Ce qui lie ces analyses : toutes les deux pointent les contradictions du capitalisme. Laissés à eux-mêmes les marchés génèrent une pollution insoutenable (cf le rapport du GIEC aujourd'hui), de même qu'ils ne produisent pas suffisamment de progrès technique (faible rentabilité de la R&D).

En conséquence, les deux analyses insistent sur la nécessité de politiques publiques efficientes afin de corriger les biais et insuffisances des marchés. Refonder l'utilité de l'Etat dans l'économie : significatif et intéressant.

… et en plus : Romer a lancé une croisade contre l'utilisation de jargons (et de formules mathématiques incompréhensibles) dans les publications économiques ! Nice !

En lire plus dans Le Monde

description

AXA Research Fund : les poissons ont-ils le nez fin ?

Réponse : de moins en moins ! Et c'est très grave. Car c'est grâce à leur odorat que les poissons cherchent leur nourriture, trouvent leurs partenaires et --- surtout -- échappent à leurs prédateurs. Or, selon les travaux de la biologiste Cosima Porteus (université d'Exeter) soutenus par AXA Research Fund, la hausse des émissions de gaz à effet de serre augmente l'acidité des océans ce qui pourrait, d'ici 2100, engendrer une perte de 50% des capacités olfactives des poissons. 

Résultat, si comme l'annonce le GIEC aujourd'hui, il n'y a pas de "transition rapide" vers une baisse significative des émissions de CO2 d'ici à la fin du siècle, de nombreuses espèces de poissons, comme le colin ou le bar, pourraient disparaître. Une odeur de catastrophe...  

En voir plus sur les projets soutenus par AXA Research Fund en faveur de l'environnement

Une histoire, et au lit !

Ce soir, une belle voix mâle et grave nous lit un extrait de Teleny, le roman érotique écrit (en très grande partie) par Oscar Wilde. Nos lecteurs dont la préférence va aux messieurs (souvent oubliés de nos rubriques gentiment licencieuses, mille excuses) devraient s'en réjouir. Tous les autres (adultes avertis bien entendus) ne devraient pas s'en plaindre non plus, tant le style est irréprochable et l'émotion décrite a des accents universels. Enjoy ;)

Le lundi sur TTSO nos copines du Verrou -- le site de podcast de littérature érotique -- nous racontent une histoire. Pas pour les enfants.

"En un clin d'œil j'eus dans ma bouche ce qu'il avait dans la sienne"

description