Si vous avez passé la journée sur des rails

  • Confinement : la SNCF annonce avoir connu hier un pic d'affluence sur son site (+25% de ventes vs la veille) après les annonces de Macron (la moitié des billets achetés concernaient le week-end de Pâques) mais dans le même temps, 5x plus de billets que la veille étaient annulés
  • Covid : Olivier Véran affirme que le "pic épidémique" pourrait être atteint "d'ici 7 à 10 jours" avec un "pic en réanimation 2 semaines plus tard" (= fin avril)
  • Vaccins : d'après les résultats observés sur les premières personnes vaccinées, Pfizer annonce que son vaccin anti-Covid offre une protection efficace à 91% pour "au moins 6 mois" et permet bien de neutraliser le variant sud-africain

TTSO se confine pour 4 jours, on se retrouve mardi 06/04 mais avant ça RDV samedi à 10h sur Clubhouse pour le debrief de la semaine en direct (nom de la "room" : TTSO : le boss refait la semaine. Organisateur : TTSO) 

Alors que les US connaissent ces dernières semaines un afflux de migrants venus d'Amérique Centrale notre podcast US fait le point sur la nouvelle politique migratoire de Biden. Passionnant

Tout le monde est d’accord

Annoncée hier par Macron et précisée aujourd'hui par Castex à l’Assemblée puis au Sénat, la nouvelle stratégie de lutte contre le Covid y a fait l’unanimité ... contre elle. Au-delà du traditionnel débat sur les mesures retenues (voir sujet suivant) c’est la méthode qui ne passe plus. Face à un président qui décide seul, l'intégralité des députés et sénateurs de l’opposition (des LR aux Insoumis) dénoncent un "piétinement du parlement" et une "mascarade de démocratie" puis boycottent dans la foulée le vote approuvant les nouvelles restrictions. Ça se tend là aussi. 

En mars 2020, au tout début de la première vague, 90% des députés avaient voté en faveur de l’instauration de l’état d’urgence sanitaire.

En lire plus sur BFM

Pourquoi il a toujours tort

Pourquoi il a toujours tort

C’est donc reparti. Ayant eu tort de ne pas confiner avant, Macron aurait donc tort de confiner maintenant. Le balancier de la polémique -- toujours suractif -- s’est inversé. Et c’est normal.

Oui normal car depuis le début de l’épidémie la réponse publique (en France et ailleurs) s’est elle-même condamnée à générer systématiquement une opposition frontale : privilégiant le sanitaire (ce qui a des conséquences, y compris positives, d’un point de vue économique), elle s’attire les foudres de l’économique, sauvegardant l’économique (ce qui a des conséquences, y compris positives, d’un point de vue sanitaire), elle devient irresponsable aux yeux du sanitaire.

A chaque fois, le problème est le même : on n’a pas fait l’effort de créer une instance (le Conseil scientifique ne compte aucun économiste), un terrain et/ou un indicateur qui permettent de prendre en compte les deux impératifs et de rendre les choix publics objectifs.

Il en existe pourtant un. Il fait peur, parce qu’il touche au fondamental : le prix d’une vie humaine. … or ça on sait combien ça coûte.

En 2013, France Stratégie (le "think tank" de Matignon) avait mené une étude reprenant les principaux travaux d’évaluation de la vie humaine. Celle-ci (d’après les études) s’étale entre 2 et 5M€ et, France Stratégie avait conclu à une valeur moyenne de 3M€. C’est de là qu’on est partis (lire article suivant)

Notre article reprend largement des éléments contenus dans un excellent papier d’Elsa Conesa dans Le Monde d’hier

Application numérique

Nous avons donc fait les calculs. Et voilà ce que ça donne.
Coût d’un confinement strict (comprenant la fermeture des écoles) : 18% du PIB (source : Bercy). PIB France : 2 350Mds€ soit 195Mds€ mensuels. Coût de 4 semaines de confinement : 195 x 0,18 = 35Mds€.
Nombre de morts quotidiens du Covid: 250 (morts à l’hôpital, ne comprend pas les morts en EHPAD). Coût d’une vie = 3M€. Coût mensuel en vies perdues = 250 x 3 x 30 = 22Mds€.  

Libre au politique de prendre la décision qu’il souhaite face à ces chiffres, mais pour paraphraser la tarte-à-la-crème camusienne ("Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde") : objectiver nos choix, c’est se donner une chance de les rendre acceptables

description

En partenariat avec Daniel Féau

L'adresse Féau

"Mais où cela s'arrêtera-t-il ?" nous sommes-nous exclamés en visitant une à une les 12 pièces de ce somptueux appartement de Boulogne-Billancourt de 331 m². Refaisons le parcours ensemble : sur 2 niveaux, 5 chambres dont une suite parentale offrant une vue dégagée sans vis-à-vis, une vaste réception de 80 m² avec cuisine US, un salon, 2 bureaux, une terrasse de 40 m² et un accès direct à un parc de copropriété de 1 500 m²... Il est des visites dont on ne souhaite pas qu'elles se terminent. 

Daniel Féau, Belles adresses – À Paris et ailleurs

En voir plus sur le site de Féau

Lire au lit

"Rien de plus joli que ces deux corps : le corps doré, mince et blond de Martine, aux seins épanouis, lourds et fermes, et celui de Dominique, brun, nerveux, à la taille incroyablement fine, faisant par contraste, paraître plus larges les hanches et plus opulents deux seins mignons à l’aréole large et foncée. Les deux filles glissèrent l’une contre l’autre en un mouvement lent et soyeux. Au dehors, la grosse chaleur était tombée. Les invités du père Renaud dormaient, un sourire repu aux lèvres. Le défunt pouvait être content : pour un bel enterrement, ç’avait été un bel enterrement". Régine Deforges – L’enterrement du Père Renaud (1980)

Tous les jeudis, TTSO vous ouvre son anthologie de la littérature érotique

Se procurer l'ouvrage