Lectrices et lecteurs adorés

Nous sommes bien arrivés en vacances et avons donc entamé notre cure de farniente, meilleur melon du monde, rosé, lecture et apéros ondulants sur fond musical autour de la piscine. Notre teint s’est considérablement amélioré et notre humeur aussi – malgré une actualité que nous savons grave (quand ne l’est-elle pas ?) et même tragique – et que nous avons décidé de ne plus suivre que de loin. Bref, c’est l’été et nous profitons de chacun de ses instants réparateurs et souriants.

Mais comme prévu, vous nous manquez déjà… voici donc la première de nos petites cartes-postales de l’été…

Gaspard nous a écrit

Lui manquait-on à lui aussi ? Allez savoir… toujours est-il qu’hier (jeudi) nous avons reçu une petite carte postale de notre ami philosophe & cavalier, Gaspard Koenig.

Comme vous le savez, Gaspard est parti – juché sur sa jument espagnole, Destinada – du château de Montaigne (près de Bordeaux) il y a bientôt deux mois et traversant la France, l’Allemagne puis l’Italie pour rallier Rome aux alentours de la fin octobre. Sur les traces de Montaigne qui fit le même périple il y a 440 ans, Gaspard entreprend à son tour d’aller à la rencontre de ses semblables (qui l’accueillent d’étape en étape) et de les écouter. Au rythme du pas de son cheval (suivez son voyage ici)

Manifestement l’expérience le porte à l’optimisme, regardez-ici son premier compte-rendu. Le son n’est pas excellent au début (il s’améliore ensuite) mais ce que dit Gaspard nous a vraiment, vraiment intéressés… et puis le spectacle d’un normalien à la moustache naissante montant avec l’aisance chaloupée de Gary Cooper, ça, on vous le garantit, vous ne l’avez jamais vu (et ça vaut le détour).

Enjoy (and ride on buddy) ;)

Vous voulez être tenu au courant des pérégrinations de Gaspard ? Inscrivez-vous à sa newsletter ici

PS

PS

Nous aussi on adorerait recevoir de vos nouvelles : envoyez-nous vos photos de vacances à contact@timetosignoff.fr ou sur Instagram ou Twitter avec le hashtag #TTSOsummer.

Baisers (si vous le permettez) de nos lèvres salées et un peu brûlées.