Si vous avez passé la journée à l'école

Si vous avez passé la journée à l'école

  • Interrogé sur la possibilité pour les Français de partir en vacances cet été, Emmanuel Macron affirme qu'il est "trop tôt" pour trancher mais qu'une décision sera prise "début juin" et prévient que les "déplacements internationaux" seront de toutes façons "limités" 
  • La Bavière (le plus grand land allemand en superficie) annonce la réouverture des restaurants et hôtels de la région à partir du 25 mai 
  • Cédric O (Sec. d'Etat au Numérique) déclare que l'application de tracking StopCovid sera prête "pour le 2 juin" et dit avoir "refusé" les solutions proposées par Google et Apple qui posaient "un certain nombre de problèmes en termes de protection de la vie privée" 

Le ministre autrichien de la Santé annonce que, 3 semaines après la réouverture d'une grande majorité des commerces dans le pays, la situation sanitaire est "très stable" et qu'il n'y a pour le moment pas de deuxième vague

Quelques précisions

Après sa visite d’une école à Poissy, Macron est revenu sur sa stratégie de déconfinement. On vous résume. Sur la réouverture des écoles : pas de "contrainte" mais de la "souplesse" sur la date de reprise/les élèves à accueillir en priorité. Sur le plan de déconfinement : derniers arbitrages pris "jeudi" lors d’un conseil de défense. Sur l’économie : pas de "retour à la normale" le 11/05 mais bilan au bout de "3 semaines" (= début juin) où le gouvernement verra s’il peut "rouvrir un peu plus ou au contraire fermer certaines zones d'activité".

En revanche, le président refuse de reprendre les "grands mots" d’Edouard Philippe qui alertait mardi dernier les députés d'un risque d'"écroulement" économique du pays car nous sommes "une nation forte"

En lire plus dans Le Parisien

Baooooom

Tremblement de terre : la Cour Constitutionnelle allemande rend aujourd'hui un arrêt dans lequel elle donne 3 mois à la Banque Centrale Européenne pour prouver qu'elle n'a pas outrepassé son mandat en procédant à des rachats de dette d'Etat (le Quantitative Easing) depuis 2015. A défaut d'une preuve "compréhensible et substantielle" (sic), la Banque Centrale allemande (Bundesbank) se verra interdire de participer à ces opérations de création monétaire...

… qui ont été la principale (seule) arme de stimulation économique en Europe depuis la crise de 2008. C'est une décision hyper hyper importante et on vous explique tout dans l'article suivant.

En lire plus dans Les Echos

description
Germanexit

Germanexit

Oui, le verdict des juges allemands (cf article précédent) est un tremblement de terre car il remet radicalement en cause la construction européenne et qu'il peut véritablement la faire exploser. En deux points.

1) La décision rendue par les juges allemands aujourd'hui est en contradiction complète avec celle rendue par la Cour de Justice Européenne en 2018 et qui validait la légalité des opérations de Quantitative Easing menées par la BCE. En ne reconnaissant pas la supériorité du droit européen sur le droit national, les juges allemands font s'effondrer tout l'ordre juridique sur lequel est fondée la construction européenne.

2) Si la décision du jour ne concerne pas directement le programme (plus ambitieux que le Quantitative Easing) dans lequel la BCE s'est engagée pour faire repartir l'économie européenne post-Covid, le raisonnement des juges allemands pourrait totalement être repris pour attaquer cette nouvelle intervention. Dans ce cas, l'Allemagne ne participerait pas à l'effort commun, se retirant de fait de la Zone Euro... où ne subsisteraient plus que les pays du Sud (et/dont la France)... endettés et ne pouvant plus se financer de manière soutenable. Fin de l'Euro, fin de l'UE... et Deutschland Über Alles. Littéralement.

"Deutschland Über Alles"  signifie "l'Allemagne au-dessus de tout" et fut un temps les premières  paroles de l'hymne national allemand 

En lire plus sur BFM Business

En partenariat avec CORUM L'Épargne

CORUM L’Épargne : l’investissement en toute transparence

Maîtriser son épargne, c’est d’abord la comprendre. Depuis son origine, CORUM L’Épargne a fait le choix d’une communication régulière, simple et précise, loin de tout verbiage ou jargon, pour rendre compte de ses activités auprès des épargnants qui lui font confiance. Une règle de transparence et d'accessibilité qui s'applique en temps ordinaires, comme en temps de crise. Chaque semaine depuis le début du confinement, les épargnants ont accès à un état des lieux complet de la situation des SCPI CORUM Origin et CORUM XL. Ils ont également pu échanger en direct avec CORUM sur l’avenir de leur épargne lors d’une série de webinars, ouverts à tous.

Acheter des parts de SCPI est un investissement immobilier long terme dont la liquidité est limitée. Il existe un risque de devise et de perte en capital. Les revenus ne sont pas garantis. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Avec CORUM L’Épargne, faites le choix de la transparence pour faire sortir votre épargne de son confinement.

En voir plus sur les SCPI de CORUM L'Épargne

La Q de la semaine

Selon un intéressant sondage Ifop publié aujourd'hui, après le confinement, dans un couple sur 10 les conjoints souhaitent prendre de la distance… et 4% carrément rompre. Vous nous voyez venir… à moins d'une semaine de la libération, il est temps de s'(vous) interroger : pour votre couple, quel bilan faites-vous du confinement ?

Résultats du sondage précédent : Pensez-vous que le déconfinement à partir du 11 mai sera une réussite ? Oui, les mesures prises seront suffisantes : 46% ; Non, l'épidémie repartira fatalement : 54%

Participer à notre grande enquête nationale

description