Si vous avez passé la journée à DC

  • Bruno Le Maire appelle "un maximum de Français" à reprendre le travail le 11 mai "dans les meilleures conditions possible" et annonce qu'il présentera un plan de relance économique qu'il souhaite "massif" en septembre ou en octobre 
  • Geoffroy Roux de Bézieux (Médef) affirme que l'annonce de la fin progressive du chômage partiel (voir article suivant) est "une énorme source d'inquiétude pour les chefs d'entreprise terriblement éprouvés par la crise"
  • Les US annoncent que leur PIB a chuté de 4,8% en rythme annuel au 1er trimestre 2020 soit la baisse la plus importante depuis 2008 et la fin de 128 mois consécutifs de croissance dans le pays 

L'Organisation Internationale du Travail (OIT) chiffre aujourd'hui à plus de 305M le nombre d'emplois à plein temps qui vont être détruits dans le monde au cours du 2e trimestre à cause des effets de la crise du coronavirus (ses précédentes prévisions réalisées début avril n'étaient "que" de 195M) 

Cette semaine, notre podcast TRUMP2020 revient sur la complexité des rapports entre la Maison Blanche et les gouverneurs locaux avec une question : celle-ci aggrave-t-elle la crise sanitaire aux US ?

Le problème d'après

Vous croyez que le déconfinement pose d'insolubles casse-têtes de sécurité sanitaire (et vous avez raison) ? Essayez donc la quadrature du cercle du retour à la normale économique ! Le nœud du problème : la sortie du régime du chômage partiel, dont Muriel Pénicaud nous apprend ce matin qu'il concerne 11M de Français (50% des salariés du privé sont payés par l'Etat). Ce dispositif dont le budget envisagé était de 8Mds€ et qui va finalement en coûter (largement ?) plus de 25, sera progressivement replié...

… à partir du 1er juin. Mais comment débrancher la perf insoutenable pour les finances publiques… sans précipiter les boites dans la faillite ? Lire article suivant...

En lire plus dans Les Echos

Le problème d'après (le problème d'après)

Le cabinet Altares publie aujourd'hui son baromètre des faillites en France. Au premier trimestre 2020, on ne constate pas d'explosion des défaillances (au contraire elles décroissent de 20% vs Q4 2019), et sur les 15 premiers jours d'avril, là encore la performance est bonne. C'est évidemment une excellente surprise... et c'est aussi et surtout la preuve de l'efficacité des moyens d'amortir le choc mis en place par l'Etat. Or, au centre du dispositif, on trouve...

… la prise en charge du chômage partiel, qui doit justement commencer à se réduire à partir du 1er juin (lire article précédent) ... Tourner en rond vous donne mal à la tête ? Imaginez ce que c'est à Bercy ! 

En lire plus sur France Info

description

30 second MBA : Quand la donnée est disponible, mais l’information manquante

Depuis des semaines, nous scrutons tous les jours les données qui nous indiquent la progression de la pandémie de Covid-19. Nombre de décès, de cas, de tests ; quotidiens ou cumulés ; rapportés à la population ou ramenés à la date de démarrage de l’épidémie…. La crise est sans précédent, l’abondance de données l’est aussi.

Le danger de cette profusion, c’est que les données disponibles ne sont souvent pas les informations dont nous aurions besoin. Prenons par exemple ce graphique tiré de The Economist, représentant les cas confirmés dans 16 pays. Toujours rigoureux, l’hebdomadaire souligne que les chiffres dépendent de la politique de tests, et que le nombre de tests est, par ex., 5x plus élevé en Allemagne qu’au UK. Mais même quand on nous rappelle cette grossière inadéquation des données, nous ne résistons pas à la tentation d’en tirer des conclusions. On fait avec ce qu’on a : c’est le biais de disponibilité.  

La discipline qui permet de résister au biais de disponibilité, c’est d’adopter une démarche de résolution de problème. Au lieu de partir des données disponibles, on commence par définir la question posée. Et ensuite seulement, on va chercher ce qui permet d’y répondre : pas des données, des informations.

Tous les mercredis, Olivier Sibony (ex-senior partner chez McKinsey, prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t. 

Posez vos questions de management à Olivier Sibony sur asksibo@timetosignoff.fr, retrouvez ses posts sur LinkedIn ou lisez son nouveau (très bon) livre : Vous allez redécouvrir le management

En partenariat avec CORUM L'Épargne

CORUM L’Épargne : parlons… épargne !

Combiner l’attractivité de l’assurance vie à des produits d’épargne moins volatiles que les actions, mais plus performants que les fonds en euros (moyennant une prise de risque)… si cette proposition vous intéresse, examinez donc l’offre de CORUM Life, une assurance vie qui donne accès en exclusivité aux produits de la gamme CORUM L’Épargne. Ce contrat innovant donne notamment la possibilité à l’épargnant d’investir, selon différentes allocations, dans des SCPI plébiscitées offrant une perspective d’investissement de long terme, loin des montagnes russes de la bourse. Une solution clé en main pour déconfiner votre épargne, le tout sans frais supplémentaires liés au contrat !

CORUM Life est un contrat d’assurance vie composé exclusivement d’unités de compte et n’offrant aucune garantie en capital (sauf en cas de décès – voir documents disponibles sur corum.fr/assurance-vie). Les montants investis sont sujets à des fluctuations, à la hausse ou à la baisse, dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers ou immobiliers. 

Les produits disponibles dans CORUM Life : les SCPI CORUM XL et CORUM Origin, ainsi que 4 solutions de financement d’entreprises du groupe CORUM, pilotées par une équipe de gestion obligataire parmi les plus reconnues d’Europe (source : HFM).

En voir plus sur l’assurance vie CORUM Life

Ecole à la maison (pour adultes)

Comme manifestement la rentrée n'est pas pour tout de suite, on s'est dit qu'un peu d'entrainement mathématique ne nous ferait pas de mal. Notre problème : sachant que selon une étude de l'Ohio State University, un homme pense au sexe toutes les 28 minutes (soit 34,2 fois/jour) et une femme toutes les 51 minutes, au bout de combien de temps les deux membres d'un couple hétérosexuel confiné ont-ils des pensées libidinales synchrones (on fera l'hypothèse que les deux intéressés se sont réveillés au même moment)

Réponse et détails du calcul à : contact@timetosignoff.fr… une médaille Fields-TTSO aux gagnants !

description