Si vous avez passé la journée en terrasse

Si vous avez passé la journée en terrasse

  • Sibeth Ndiaye (porte-parole du Gouvernement) refuse de confirmer l'hypothèse d'une réouverture des bars et des restaurants au 15 juin alors qu'Emmanuel Macron présentera ce vendredi un plan d'aide au secteur de l'hôtellerie/restauration
  • L'Académie de Médecine rappelle dans un communiqué que le port du masque (même fait maison) doit être "généralisé dans l’espace public" avant même le 11 mai car cela pourrait empêcher "plusieurs milliers de nouvelles infections"
  • Sur Twitter, Trump affirme qu'il a donné l'ordre à l'armée US de "détruire" toute embarcation iranienne qui harcèlerait les navires US dans le Golfe Persique

Muriel Pénicaud (Min. Travail) annonce que près de 10,2M de Français (soit plus d'1 salarié sur 2) et 60% des entreprises sont désormais concernés par le chômage partiel (et donc payés par l'Etat)

Déconfinement : le plan de Macron

Les choses commencent à se dessiner. Ce que veut le Président c'est un déconfinement "déconcentré", entendez : un plan global dessiné par Matignon mais piloté localement par les maires et les préfets. Entendez (bis) : des traitements différenciés entre les départements peu/pas touchés (ou restaurants et commerces pourraient rouvrir plus vite) et les zones plus affectées. Corollaire de ces différences locales : la nécessité d'éviter le "brassage des populations"

… le gouvernement réfléchit donc à l'interdiction/limitation de la circulation interrégionale post 11 mai. Les Parisiens partis à l'Ile-de-Ré en mars peuvent commencer à envisager d'enchainer confinement-vacances d'été.

En lire plus sur France Info

Mais en vrai…

La date fatidique -- et scientifique ! -- du déconfinement, ça n'est pas le 11 mai (une date "politique" arrêtée par le Président seul) c'est début juin. C'est à ce moment-là qu'on saura si l'épidémie est repartie... et l'incertitude règne à ce point qu'aujourd'hui la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye admet que la stratégie du stop & go (alterner les phases de confinement et déconfinement) "fait partie des hypothèses". Ça va être simple d'organiser la reprise...

Selon une étude d'Harvard publiée la semaine dernière, en l'absence de vaccin, alterner les périodes de confinement/déconfinement serait nécessaire aux US… jusqu'en 2022

En lire plus dans Le Parisien

description
30 second MBA : Pourquoi on ne teste pas tout le monde aux anticorps du coronavirus ?

30 second MBA : Pourquoi on ne teste pas tout le monde aux anticorps du coronavirus ?

En théorie, des tests sérologiques permettent de savoir qui a déjà été exposé au coronavirus. Pourquoi, alors, ne pas en faire à tout le monde ? Parce qu’on n’a pas assez de tests, bien sûr… mais aussi pour une autre raison, que tous les managers devraient connaître : le théorème de Bayes.

Supposons qu’on dispose d’un test sérologique fiable à 95% dans les deux sens : 95% des personnes qui ont été exposées au virus testent positives aux anticorps ; 95% de celles qui ne l’ont pas été testent négatives. Intuitivement, ça semble largement suffisant ! Mais calculons ensemble. Avec 5% de positifs dans la population, sur 10 000 personnes, il y a 500 positifs. Parmi eux, 475 (95%) sont dûment repérés par le test. Mais la population comprend aussi 9 500 négatifs, dont 5% (475) vont être des "faux positifs". Résultat : si vous testez positif, il n’y a qu’une chance sur deux que vous le soyez réellement !

Les tests aujourd’hui disponibles sont plus fiables que ça, mais pour l’instant pas assez pour changer la conclusion : au niveau actuel de prévalence, "tester toute la population n’aurait aucun sens", comme le disait Macron. Heureusement qu’il n’a pas rappelé le nom du théorème… 

Tous les mercredis, Olivier Sibony (ex-senior partner chez McKinsey, prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t. 

Posez vos questions de management à Olivier Sibony sur asksibo@timetosignoff.fr, retrouvez ses posts sur LinkedIn ou lisez son nouveau (très bon) livre : Vous allez redécouvrir le management

description

En partenariat avec CORUM L'Épargne

CORUM L’Épargne : parlons… épargne !

Les SCPI ont fait leurs preuves en temps de crise. En 2008, le CAC 40 avait connu une perte record de 42%. La même année, les SCPI, reposant sur des actifs immobiliers bien réels, offraient un rendement de 5,84%. Aujourd’hui, parmi les SCPI, celles de CORUM L’Épargne se distinguent par leur diversité géographique et sectorielle autant que par les innovations proposées aux épargnants (dividende potentiel versé mensuellement, Plan d’Épargne Immobilier*…). Il ne reste plus qu’à faire votre choix… 

Acheter des parts de SCPI est un investissement immobilier long terme dont la liquidité est limitée. Il existe un risque de devise et de perte en capital. Les revenus ne sont pas garantis. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

*à partir d’une part détenue en pleine propriété ; Sources : Capital, IEIF

Les SCPI de CORUM L’Épargne vous versent des revenus potentiels tous les mois, après un délai de jouissance de 6 mois : n’attendez plus pour percevoir le plus rapidement possible le fruit de vos investissements

En voir plus sur l’offre SCPI de CORUM L’Épargne

11 mai, on commence à se préparer

Et pour ça, on reprend les bonnes habitudes… un peu oubliées durant le confinement. Selon une étude IFOP parue aujourd'hui, alors que 71% des hommes et 81% des femmes procédaient à une toilette quotidienne complète avant le confinement, ces pourcentages descendent respectivement à 61% (- 10 points) et 74% (-7 points). Pour ce qui est du changement de slip/caleçon/culotte quotidien les pourcentages passent de 73% à 68% chez les hommes et 94% à 91% chez les femmes...

Soit on se resaisit tous… soit il va falloir rapidement décréter la distanciation sociale à perpétuité

En voir plus sur le site de l'IFOP

description