Si vous avez passé la journée chez vous

  • Grève des transports : Elisabeth Borne (Min. de l'Ecologie) affirme qu'il n'y aura "pas d'amélioration sensible" demain avec 1 TGV sur 10, 30% de TER en circulation et 10 lignes de métro fermées (voir sujet suivant)
  • L'OCDE annonce que la France -- malgré les baisses d'impôts promises par Macron -- est toujours le pays où le taux de prélèvements obligatoires est le plus élevé au monde (46,1% en 2018, stable vs 2017) devant le Danemark et la Belgique
  • Réforme des retraites : au moins 500 000 manifestants recensés par l'AFP aujourd'hui en région, et 250 000 à Paris selon les syndicats

Région + Paris, on serait donc à plus de 700 000 manifestants pour le 1er jour du mouvement contre la réforme des retraites, une "très forte mobilisation" selon Le Figaro et plus du double de ce à quoi s'attendait le gouvernement (lire notre article d'hier à ce sujet)

On en prend (au moins) pour une semaine

C'est donc parti et bien parti ! Ce matin les cheminots annoncent battre leurs records de mobilisation (86% de grévistes chez les conducteurs, 10 points de plus qu’au plus fort des manifs contre la réforme de la SNCF l’an dernier) et cet après-midi les syndicats de la RATP votent la poursuite du mouvement au moins jusqu’à lundi inclus. Parallèlement, Sibeth Ndiaye déclare qu’il "reste des marges de négociations" et Edouard Philippe annonce qu'il donnera (enfin !)...

… les détails de la réforme "vers le milieu de la semaine prochaine". D'ici là, pour les syndicats ce sera pression au max. Et métro (TER, TGV, etc…) au min.

En lire plus dans Le Figaro

Grève de rêve

Non mais vous avez vu la circulation ce matin ?! Quel rêve ! C'est bien simple, aujourd'hui à 9h00, Sytadin, le service de suivi du trafic en Ile-de-France, recensait 5x moins de bouchons dans la région qu'un jeudi moyen au même horaire. Si on ajoute à ça que les 29% des salariés français qui déclarent télétravailler (étude Malakoff Médéric) sont sans doute restés chez eux et que, d'après un rapport commandé par le ministère de l'Industrie, 

un salarié en télétravail est en moyenne 22% plus productif qu'un salarié au bureau… on commence à entrevoir une solution à la pollution autant qu'à la compétitivité française : la grève !

description
L'Etat cède-t-il devant la rue ?

L'Etat cède-t-il devant la rue ?

Le Monde publie une interview de Danielle Tartakowsky, historienne des mouvements sociaux. Ça nous a extrêmement intéressés. Spécifiquement le point suivant.

Le refrain classiquement énoncé/entendu selon lequel la France serait irréformable à cause d'un peuple (et de syndicats) bloquant tout via la rue… est loin de se vérifier de manière systématique.

Sur les 35 dernières années, Tartakowsky distingue 2 séquences. 1) Celle qui s'ouvre en "1984 avec les manifestations des catholiques contre la loi Savary relative au financement de l’école privée, et qui s’achève en 1997 avec la mobilisation des cinéastes contre les lois Debré sur l’immigration"Cette période -- qui inclut les manifestations anti-plan Juppé de 1995 -- est celle où "les mouvements venaient à bout des projets de loi".

Et 2) la période qui s'ouvre en 2003, quand, lors du conflit sur les retraites (dejà !), Raffarin, alors PM, déclare : "Ce n’est pas la rue qui gouverne" et où "hormis le CPE en 2006, plus aucune grande mobilisation n’a payé"… jusqu'en 2018 où les Gilets Jaunes -- une mobilisation non-institutionnalisée (pas d'affiliation syndicale, politique) -- vont à nouveau faire plier l'Etat. Le début d'une nouvelle ère de triomphe de la rue ? Réponse assez vite

Analogie intéressante de Tartakowsky : durant la période 1984-1997, "la manifestation faisait figure de référendum d’initiative populaire"

Lire l'interview dans Le Monde

En partenariat avec Club Med

Club Med : Noël au sommet

Non, il n'est pas trop tard pour se laisser surprendre par les fêtes de fin d'année. Tout autant qu’il n'est pas trop tard pour réserver un séjour à la montagne au Club Med et faire à votre famille le plus beau des cadeaux, celui d'un Noël au sommet, où tout a été pensé et organisé pour vous laisser vous concentrer sur l'essentiel : des expériences extraordinaires, la magie des sites, la joie de se retrouver. Non, il n'est pas trop tard pour rendre ce Noël vraiment inoubliable.

Et si vous réservez rapidement votre séjour à la montagne, vous pouvez encore profiter d'une remise allant jusqu'à moins 15% grâce aux offres "Dernières minutes". Au Club Med, les fêtes ont déjà commencé

Voir l'offre "Dernières minutes" du Club Med pour les fêtes (à la montagne ou au soleil)

Lire au lit

"Sûre de baisers savoureux
Dans le coin des yeux, dans le creux 
Des bras et sur le bout des mammes, 
Sûre de l'agenouillement
Vers ce buisson ardent des femmes
Follement, fanatiquement !

Et hautaine puisque tu sais
Que ma chair adore à l'excès
Ta chair et que tel est ce culte
Qu'après chaque mort, -- quelle mort ! --
Elle renaît, dans quel tumulte !
Pour mourir encore et plus fort"

Paul Verlaine - Parallèlement (1889)

Tous les jeudis, TTSO vous ouvre son anthologie de la littérature érotique

Se procurer l'ouvrage

description