Si vous avez passé la journée à gratter

Si vous avez passé la journée à gratter

L'Assemblée nationale autorise la privatisation de la Française des Jeux (l'Etat devrait conserver "au minimum" 20% du capital vs 72% aujourd'hui) - Pierre Moscovici annonce qu'il ne briguera pas la tête de liste du PS pour les élections européennes en raison de "désaccords sur le fond" - La commission d’enrichissement de la langue française demande de remplacer "fake news" par "infox" (ils ont hésité avec "infausse" et franchement on aime bien les 2). 

En ce soir d'Octobre Rose (mois dédié à la lutte contre le cancer du sein), nous republions -- dans notre rubrique "Lire au lit" -- un passage d'Histoire de mes seins de Monique Ayoun. Un texte sublime qui nous fait monter les larmes aux yeux. On vous supplie de le lire (cf dernier sujet).

Ça fait très très mal

Le Trésor publie aujourd'hui une étude sur le destin croisé des industries allemande et française. Superouch ! Entre 2000 et 2016, c'est à dire depuis la création de l'euro et la montée en puissance de la mondialisation, la production industrielle a reculé de 3% en France alors qu'elle augmentait de 25% en Allemagne. En France, tout a décroché : le moyen haut de gamme (auto en tête), le textile et les chaussures (- 51%) et même dans l'agro-alimentaire l'Allemagne nous taille des croupières.

Seuls secteurs où l'on s'en sort : le matériel de transport ferroviaire et aéronautique et la pharma. Exporter des TGV mais importer même des knackis. Ach !

En lire plus dans Les Echos

Consolons-nous (un peu)

Le cabinet Interbrand sort son baromètre annuel des 100 marques ayant le plus de valeur au monde. Certes les US dominent, ils trustent le top 3 (avec Apple, n°1, puis Google et Amazon) et placent 50 marques dans le classement, mais la France est le 2e pays le mieux représenté ex-aequo avec l'Allemagne (Mercedes, BMW, Audi, VW, of course, mais aussi Allianz ou SAP). Merci LVMH (Vuitton, première française du classement est 18e, mais aussi Dior, 91e et Hennessy, 98e)

le luxe en général (Chanel, Hermès, l'Oréal)… + Axa (47e) et les yaourts (Danone, 58e). 

En lire plus dans Business Insider

description
La République dont nous rêvons (est assez WTF)

La République dont nous rêvons (est assez WTF)

Pour les 60 ans de la Ve République, Odoxa publie aujourd'hui un sondage sur l'opinion des Français à l'égard des institutions. Ça nous a laissés rêveurs…

D'abord les Français n'aiment pas la Ve République ! 56% d'entre nous se disent pas ou peu attachés à nos institutions. Spécifiquement, l'élection du Président de la République au suffrage universel est majoritairement perçue comme un "handicap" et un système qui rend un peu "fous" les politiques. No comment.

Les institutions dont les Français rêvent : celles de nos voisins européens, c'est à dire des systèmes parlementaires où le gouvernement naît des alliances majoritaires qui se nouent au Parlement. Ça va faire plaisir à Bayrou, certes, mais il n'est pas évident que les exemples récents de l'Italie ou de l'Allemagne (respectivement 3 et 6 mois pour trouver une majorité) soient fascinants d'efficacité...

Dernier point : 34% (plus du tiers !) d'entre nous pensent que l'Assemblée nationale est inutile. On résume donc, ce dont les Français rêvent c'est de la IVeme République… sans les députés. Un gouvernement Guy Mollet, agissant seul… ça nous a laissés rêveurs. 

Et sinon ? 56% des Français considèrent que le Sénat est inutile. Ça, on a mieux compris.

En lire plus dans Le Figaro

description

Signé Club Med

Pour le Club Med, vous faire passer des vacances inoubliables rime avec aider les populations locales. Dès 1978, le Club Med a créé sa propre Fondation, l'une des premières en France. Depuis, des milliers de GO donnent de leur temps pour accompagner bénévolement des projets solidaires de proximité (accès aux soins ou à l'éducation, soutien aux petites exploitations agricoles,...) 

En 40 ans, ce sont plus de 140 projets sociaux et environnementaux qui ont vu le jour et été soutenus par la Fondation Club Med dans 26 pays

Découvrez tous les projets de la Fondation Club Med

Lire au lit (spécial Octobre Rose)

"(Mes seins) aimeraient bien parler... ils aimeraient parler et ils aimeraient qu'on leur parle. Les caresses peuvent conduire le dialogue. Mais pas n'importe quelles caresses. Les caresses de désir ferment le débat. Elles sont trop dirigées, trop hâtives. Il faut une autre caresse, plus subtile, plus délicate, plus intime… Une caresse filtrée où seule la tendresse affleure, une de ces caresses attentives et légères qui vous rendent enfant, ou oiseau, qui ouvrent des milliers de bouches et d'yeux sur leur passage, la caresse-miroir, celle qui se prolonge en ricochet, la caresse-couleuvre, la caresse-vol d'oiseau, planant à fleur de nerfs… Celle qui fait de vous un ange immatériel, celle qui vous donne envie de pleurer. Celle qui vous ouvre le cœur..." Monique Ayoun - Histoire de mes seins  (2004)

Tous les jeudis, TTSO vous ouvre son anthologie de la littérature érotique.

En octobre on pense à ses seins (on va faire un tour ici)

description