Si vous avez passé la journée à le chercher

Au sortir de sa 1ère réunion de concertation avec la Ministre des transports (Elisabeth Borne), la CGT cheminots se déclare "pas rassurée du tout" - Puigdemont (toujours à Bruxelles) va renoncer à la présidence de la Catalogne (source presse espagnole/El Nacional) - La directrice de la Communication de la Maison Blanche démissionne, portant à 20 le nombre de collaborateurs de Trump ayant quitté leur poste depuis 13 mois. Tous records battus.

Le pire job au monde ? La com' de Trump : depuis l'arrivée du nouveau président (20/01/17), 5 Dir Com/Porte-Parole se sont succédés (4 démissions, 1 limogeage). Espérance de vie : 2,6 mois. Même pas la période d'essai.

Hier c'était les 5 ans de la mort de Daniel Darc. Un garçon perdu et aimé.

Plus que jamais dans la course

Poutine dédie la moitié de son discours annuel au Parlement (2 heures) à l'inventaire des nouvelles armes "invincibles" de la Russie : missiles à "portée illimitée", capables de "surpasser tous les systèmes anti-missiles existants"… Dans le viseur : les US, leur nouvelle doctrine d'armes nucléaires de faible puissance et de bouclier anti-missile en Corée et en Europe de l'Est. Poutine termine sur l'évocation d'une arme laser "dont il est trop tôt pour évoquer les détails". Ça donne pourtant envie. 

Dans 2 semaines, Poutine, au pouvoir en Russie depuis 18 ans, sera réélu (sans opposition réelle) pour 6 ans.

En lire plus dans Le Point

Vous vous en foutez ?

Aujourd'hui le plus gros groupe de publicité mondial, WPP, dévisse en bourse en annonçant que 2017 fut sa pire année depuis 2008 (crise de subprimes) et en anticipant zéro croissance pour ses activités en 2018. On s'en fout (comme dirait notre copain Fiorentino) ? Pas sûr qu'on puisse se le permettre, car 1) historiquement la publicité est totalement corrélée au PIB : prévoir zéro de croissance pour les activités de WPP, c'est prévoir zéro de croissance pour l'économie mondiale...

… mais surtout 2) Martin Sorrell, le patron de WPP, n'est pas le seul à faire ce pronostic (lire le sujet suivant)

Sur WPP, en lire plus dans le Wall Street Journal

description

"L'optimisme généralisé : une série de malentendus ?" (gros cassage d'ambiance)

C'est le titre (la parenthèse est de nous) de la note sortie vendredi dernier par la banque Natixis. Ne voulant pas casser l'ambiance avant le week-end on ne vous en avait pas parlé. On ne peut plus se taire (cf sujet précédent).

Que dit la note ? Qu'elle "craint" que notre bonne humeur économique actuelle repose sur des "erreurs d'analyse". Elle pointe, en particulier, deux problèmes majeurs.

1) Les économies occidentales (= OCDE) sont au max de leurs capacités. Partout on revient à des niveaux de chômage incompressibles ("structurels") : 4% voire moins aux US, UK ou en Allemagne, et même dans les pays où il reste haut il ne peut guère descendre, les entreprises ne trouvant pas les bons profils à recruter (comme c'est le cas en France).

2) Mais, remarquerez-vous, même avec un stock d'emplois fixe, l'économie peut toujours croître si ces emplois produisent plus. Vous avez raison, mais c'est là la 2nde déception : les nouveaux emplois créés -- essentiellement des jobs de services peu sophistiqués (chauffeurs VTC, livreurs foodtech) -- ne se traduisent pas par des gains de productivité de l'économie.

Une éco mondiale au max de ses capacités et sans réserve d'efficacité… rappelez-nous pourquoi on se réjouit ?

Lire la note (simple et courte) de Natixis

description

Signé Club Med

Si comme nous, vous ne vous êtes pas encore remis de la vague de froid, ne lisez pas ce sujet, vous risqueriez un choc thermique. Car oui, cette semaine, le Club Med nous emmène à Maurice, en plein océan Indien, dans son village de la Pointe aux Canonniers. Un lagon turquoise, du sable blanc, des jardins tropicaux et (dès septembre) une piscine à débordement, un restaurant gourmet les pieds dans le sable ou encore un espace dédié aux familles : ça y est, l'hiver est déjà oublié. 

En couple ou en famille, partez à la découverte des richesses de l'île Maurice.  

Découvrez les vacances signées Club Med

Lire au lit

"Marie, que la vue de ce boute-joie a d'abord tant effrayée, parce qu'elle n'a jamais vu un objet pareil qu'aux statues et à l'état de repos, poussée par la curiosité et surtout par les désirs qui la brûlent, ne peut se retenir ; elle s'en empare ; elle le caresse ; elle va même jusqu'à en découvrir le bout, et avec ses doigts délicats elle en fait baisser et hausser la peau" Anonyme - L'école des biches (1867)

Tous les jeudis, TTSO vous ouvre son anthologie de la littérature érotique.

Se procurer l'Anthologie historique des lectures érotiques de Jean-Jacques Pauvert