Si vous avez passé la journée à Lima

Si vous avez passé la journée à Lima

Juncker présente son programme pour l'avenir de l'Europe -- qui a "à nouveau le vent en poupe" -- Il propose un Président de l'UE (à la fois Président de la Commission et Président du Conseil européen) élu au suffrage universel - Loi travail :  CGT et FO appellent à une grève reconductible des routiers dès le 25 septembre - Blanquer, ministre de l'Education nationale annonce vouloir interdire l'usage du portable dans les collèges pour "protéger nos élèves de la dispersion".

A 20h, Paris sera officiellement désignée comme ville-hôte des JO de 2024. Petit rappel, depuis 1960, 100% des JO ont vu leur budget déraper à la hausse, en moyenne de +179% (étude Univ. d'Oxford)

Juncker 1er opposant

Si on a bien compris qui seraient les opposants intérieurs à la Macronie (= Les Insoumis/Martinez), on découvre aujourd'hui qui sera son opposant européen. Le projet de Juncker est un refus frontal de tout ce que propose Macron : pas de parlement distinct et de ministre des Finances d'une zone euro dotée d'un budget, comme le veut le Président français, mais en gros le statu quo (le Parlement européen reste inchangé) assorti du vieux projet ressuscité...

… d'un Président de l'UE élu par 350M d'Européens. Un immobilisme de fait qui est aussi ce que souhaite Merkel. Les camps se précisent. 

En lire plus dans Le Figaro

Le chic du jour

C'est le JO bashing ! L'événement serait dispendieux (cf plus haut) et impossible à rentabiliser. C'est faux ! Une étude de Goldman Sachs montre qu'en moyenne le pays hôte totalise 54% de médailles de plus qu'il n'en obtient à des Jeux se tenant à l'étranger. Accueillir les JO c'est rentable, c'est la banque des subprimes qui vous le dit ! 

Nombre de médailles obtenues par la France à Rio (2016) : 42. On peut donc en attendre 65 à Paris en 2024. Laura Flessel dit en espérer 84… un peu extrême (mais ni fainéant, ni cynique). 

En lire plus sur l'étude Goldman Sachs (sur le site de Goldman)

description
30 second MBA : L'elevator pitch et la question du sens

30 second MBA : L'elevator pitch et la question du sens

"Si vous ne pouvez pas susciter l’intérêt en trente secondes, vous aurez une carrière longue et ennuyeuse". Cette sentence du gourou Guy Kawasaki résume le principe de l’elevator pitch, standard de l’entrepreneuriat devenu un cliché du management. Chacun sait désormais qu’il faut être prêt à coincer patron, client ou financier dans l’ascenseur pour lui fourguer son idée géniale. Mais une grave question demeure : dans l’ascenseur qui monte, ou qui descend ?

L’intuition est immédiate : pour autant qu’il y ait une différence, c’est la montée qui devrait vous hisser vers les sommets. Pourtant, l’expérimentation montre le contraire. Sur plusieurs types de tâches, imaginer un mouvement ascendant rend les sujets moins performants. Explication : l'ascension suffit à booster leur ego, et ils se donnent moins de mal ! Inversement, la descente les sur-motive...

Faut-il en conclure que la mayonnaise monte mieux quand l’ascenseur descend ? Pas sûr, car on ignore, hélas, si le mouvement de l’ascenseur influence aussi l’auditoire – éventuellement en sens inverse… Dans le doute, et en attendant que les progrès de la recherche ne lèvent cette terrible incertitude, un conseil : au lieu de harceler les gens dans l’ascenseur, prenez plutôt un rendez-vous... 

Tous les mercredis, Olivier Sibony (ex-senior partner chez McKinsey, prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Posez vos questions de management à Olivier Sibony sur asksibo@timetosignoff.fr, retrouvez ses posts sur LinkedIn ou lisez son très bon bouquin : Réapprendre à décider

Du côté de chez BARNES

Au cœur de l'Ile Saint-Louis, au 2e étage d'un bel immeuble ancien, 57m2 de beaux volumes, de poutres et d'une rénovation irréprochable, un appartement vendu meublé (avec goût). Bien sûr, la définition de la perfection est subjective, mais, reconnaissons-le, celle que nous donne BARNES cette semaine nous a totalement convaincus.

BARNES. International Realty

Voir le bien sur le site de Barnes

Petite contribution au sujet de Sibony

On a pensé que ces quelques chiffres extraits de l'étude IPSOS pour la Fédération des ascenseurs pourraient utilement compléter notre 30 second MBA. 1) Tenter de séduire dans l'ascenseur n'est pas si commun : seuls 12% des Français avouent avoir déjà dragué entre deux étages ; 2) c'est heureux car a priori c'est pas gagné : 33% des Français disent être gênés par ces têtes-à-têtes imposés ; 3) Les chances de succès de votre pitch ne sont pas immenses...

seulement 4% d'entre nous ont déjà fait l'amour dans un ascenseur. Comme le dit Sibony : "prenez rendez-vous !"

description