Si vous avez passé la journée en Suisse

Attentat en Turquie : le suspect arrêté lundi a avoué être l'auteur de l'attaque dans la discothèque – General Motors annonce un milliard de dollars d'investissements aux Etats-Unis et la création de 5.000 emplois avec notamment rapatriement de la production d'essieux du Mexique vers les US – L'Iran annonce qu'il refusera de "renégocier" l'accord nucléaire si Trump en fait la demande.

Après le discours de Theresa May (voir sujet central), la livre sterling progresse de près de 3%, plus forte hausse depuis 2008.

Davos : Jour 1

Voilà ce que vous avez raté aujourd'hui. Le discours du président chinois (Xi Jinping, qui assiste à l'évènement pour la 1ère fois). Le thème ? Il faut sauver le libre-échange. Citations : "Personne n’émergera en vainqueur d’une guerre commerciale", le protectionnisme "est à rebours de l'histoire" et il est vain "de blâmer la mondialisation". Donc, en 2017, c'est la Chine communiste qui défend le libre-échange menacé par les US. Le nouveau normal est quand même étonnant.

Vous n'avez pas été invité/e à Davos cette année ? Ça vous laisse 12 mois pour préparer votre boss à la note de frais (droit d'entrée : 40.000€ + 22.000€ de "participation aux frais"). 

En lire plus dans La Tribune

Prenez-le comme vous voulez

Prenez-le comme vous voulez

... mais c'est quand même très frappant. Buzzfeed reprend l'étude Ipsos-Mori réalisée en novembre 2015 sur le sentiment de déclassement dans 22 pays riches (dont la France). On y apprend entre autres que 49% des citoyens interrogés disent désirer un "leader fort" qui voudrait "casser les règles". 49%, c'est en moyenne, car pour certains pays cela monte plus haut, au point d'atteindre même un record de 80%... en France.

Evidemment, on peut interpréter ça comme une tendance Macron, Fillon ou Mélenchon. Ou pour appuyer un autre pronostic de vainqueur au 2nd tour (tiens, vainqueur n'a pas de féminin…)

En lire plus dans Buzzfeed

description
Du hard. En clair.

Du hard. En clair.

Theresa May est donc sortie de l'ambiguïté aujourd'hui et annonce un hard Brexit. Il n'y avait pas d'autre solution.

Pourquoi ? Car la préoccupation n°1 exprimée par le vote de juin des Anglais était la maîtrise de l'immigration, or, sur ce point, l'UE a été très claire : si on n'accepte pas la libre circulation (des travailleurs européens), on ne peut pas faire partie du marché unique. Donc, fort logiquement...

May annonce aujourd'hui que : 1) Elle refuse un "statut de membre partiel ou associé de l’UE" : le UK va quitter le marché unique, c'est "clair et net". 2) A la place, le pays négociera un accord douanier avec l'UE. 3) Le changement se fera "par étape" pour éviter d'être "trop brutal (et) déstabilisant". 4) Et "le gouvernement soumettra l'accord final à un vote des deux chambres du Parlement".

Et pour conclure, May adresse une mise en garde à ceux qui veulent "punir" le UK : ils commettraient un "acte calamiteux d’auto-mutilation" et le PM prévient : "Pas d’accord avec l’UE sera préférable à un mauvais accord." Du hard.

L'UE est la destination de 44% des exportations britanniques. 

En lire plus dans Le Monde

description

Cette année on va à New York (avec La Compagnie)

Pour le boulot. Parce que c'est indispensable. On y va aussi en classe affaires, avec un lounge, un siège lit, un service attentionné, un nombre de places réduit dans l'avion permettant des embarquements/débarquements rapides et un accès prioritaire aux contrôles. On y va avec La Compagnie, car à 30 à 50% moins cher que sur les compagnies traditionnelles, Paris-New York en business, ça n'est pas seulement rationnel, c'est indispensable (bis).

La Compagnie Boutique Airline : jusqu'à 2 vols par jour Paris-NY en classe affaires pour 30 à 50% moins cher. Votre directeur financier va adorer. Et vous aussi.

Découvrir La Compagnie

La Q de la semaine

Theresa May l'a donc annoncé : pour ce qui est de sortir de l'UE, la Grande-Bretagne opte pour la manière dure (voir plus haut). Nous ignorons bien entendu s'il s'agit d'une préférence personnelle du PM anglais et, si c'est le cas, si ce choix s'applique à tous les domaines... mais, en ce qui vous concerne, on voulait vous demander : Et vous, en matière de sexe, vous préférez quand c'est hard ou quand c'est soft ?

Résultats de la Q précédente : L'échangisme, ça vous tente ? Absolument pas : 58% ; Ça dépend avec qui : 32% ; En recherche (de couple ami) active : 10%.

Participer à notre grande enquête nationale

description