Si vous avez passé la journée à tartiner

Si vous avez passé la journée à tartiner

  • Covid-19 : nouveau conseil de défense sanitaire prévu demain à l'Elysée, Le Parisien annonce que l'exécutif va trancher dans "les 72h" sur un durcissement éventuel du couvre-feu ou un reconfinement local/national (voir sujets suivants)
  • Tensions Turquie/France : Erdoğan appelle au boycott des produits français afin de "dire stop à la campagne de haine (contre les musulmans) qui est dirigée par Macron" (voir plus bas)
  • En raison de la crise sanitaire, le gouvernement reporte à avril 2021 l'entrée en vigueur de la réforme de l'assurance-chômage contestée par la quasi intégralité des syndicats 

Selon le baromètre Ifop/Eight Advisory, Décathlon reste en 2020 l'entreprise nationale préférée des Français devant Peugeot et EDF (Renault qui était 3e l'an dernier dégringole à la 6e place)

Le nouveau Time To So Foot est sorti (le résumé sport du week-end avec nos copains de So Foot). Quoi vous n'êtes pas abonné/e ? C'est là que ça se passe

Doit-on flipper ?

Du reconfinement : oui (lire article central)… d’Erdoğan, c’est moins sûr. Le leader turc est d’autant plus prompt à l’insulte qu’il est fragilisé chez lui : 1) son pays est en crise (le FMI prévoit une baisse de 5% du PIB pour 2020) et faute de rentrées de devises étrangères, la Turquie subit actuellement une forte dévaluation de sa monnaie (-25% en un an) et 2) Erdoğan est de plus en plus challengé par Imamoğlu, le maire d’Istanbul qui le devance désormais dans les sondages. 

Plus significatif : selon Le Monde, c’est surtout la promesse de Macron de mettre fin au système des imams détachés qui a provoqué la colère d’Ankara : la Turquie représente la moitié des 300 imams détachés en France, un outil majeur de son soft power. Ceci explique (peut-être) cela. 

En lire plus dans Le Monde

A-t-on le choix ?

Hier, on a donc dépassé pour la 1ère fois les 50 000 contaminations au Covid en une seule journée. Et selon Jean-François Delfraissy (président du Conseil scientifique), si l’on inclut les asymptomatiques/les personnes qui ne se font pas tester, on tournerait plutôt autour des 100 000 cas quotidiens, plus très loin des niveaux records de mars estimés par l’Institut Pasteur (180 000 à 490 000 contaminations par jour). Pour Delfraissy, il ne reste plus que 2 options sur la table : 

1) "un couvre-feu plus massif" (= étendu à toute la France et/ou horaires élargis) ou 2) un "confinement, moins dur que celui du mois de mars, qui permette à la fois le travail (…) probablement une activité scolaire (…) et un certain nombre d'activités économiques". Dans les deux cas, on n’y coupera pas . 

En lire plus dans Les Echos

description

A-t-on les moyens ?

C’est Roux de Bézieux (le boss du Medef) qui l’affirme ce matin, un nouveau confinement provoquerait "un écroulement de l'économie française" car si "les entreprises ont résisté au 1er choc (…), là les organismes sont affaiblis". Qu’est-ce qui fonde ce diagnostic ? 

En bonne santé lors de la première vague, les boîtes françaises sont sorties exsangues du confinement. En mai, près de 100 000 sociétés françaises disposaient de moins de 3 mois de trésorerie alors que d’ordinaire elles ont entre 4 à 5 mois de liquidités. 

Résultat, nos entreprises se sont massivement endettées afin de rester à flot : environ 42% des PME vs 6% en temps normal ont eu recours à un crédit de trésorerie au 2e trimestre et en juin, le total des dettes des entreprises françaises dépassait déjà les 1 800Mds€ soit près du double de 2009 (post crise financière). 

Or depuis, la situation ne s’est pas redressée : en octobre, seules 30% des entreprises disent avoir retrouvé un niveau d’activité pré-crise. Peut-on vraiment se payer un reconfinement ? 

L’Etat paiera ? Ok, mais jusqu’où ? En 6 mois la dette publique a progressé de 20 points (passant de 100 à 120% du PIB). Un bond jamais vu en si peu de temps. Jusqu’où ? 

description

En partenariat avec Apprentis d'Auteuil

Apprentis d'Auteuil : abritez-vous !

En famille ou avec votre entreprise, créer votre propre fondation abritée sous l'égide d'Apprentis d'Auteuil c'est 1) ultra-simple et 2) la garantie de bénéficier d'une expertise née de 150 ans d'action sociale afin de vous consacrer à l'essentiel : l'aide aux jeunes en difficulté. Et pas question de renoncer à votre liberté, vous choisissez vous-même les thématiques à défendre en France ou à l'international : éducation et scolarité, formation et insertion, solidarité et citoyenneté ou encore soutien à la parentalité. 

Ainsi depuis plus de 10 ans, 24 fondations hébergées ont vu le jour, chacune d'entre elles présentant ses spécificités (focus régional ou sur une thématique particulière) et ses propres critères de sélection (soutien annuel ou de long-terme). La liberté au service de l'égalité et de la fraternité.  

Vous aussi créez votre propre fondation abritée avec Apprentis d'Auteuil

Peut-on se le permettre ?

… oui, oui c’est bien du reconfinement que nous parlons encore. Lors de sa première édition, 32% d’entre vous nous confiaient qu’il avait eu une influence négative sur leur vie sexuelle (vs 22% nous disant que son impact était positif)… et là encore la 2e vague risque de faire du dégât. Selon une étude anglaise, dans le nouvel épisode de lockdown, 63% d’entre nous avouent remplacer le sexe par la télé. Nos couples peuvent-ils vraiment se permettre leur abonnement à Netflix ? 

Ah oui, par quoi d’autre remplace-t-on le sexe ? Par la lecture et la musique… et (pour 25% d’entre nous) par l’alcool et la comfort food ? Notre couple peut-il vraiment se permettre cette 2e tartine de Nutella ?

En lire plus sur Metro