Si vous avez passé la journée à désarmer les toboggans

Si vous avez passé la journée à désarmer les toboggans

Brexit : après Merkel hier, Le Drian confirme qu'il n'y aura "pas de renégociation" de l'accord lors du sommet européen de demain (jeudi) - COP 24 : à 2 jours de la fin de la conférence, le Sec. général de l'ONU prévient que les "questions politiques clés ne sont pas résolues" alors que réchauffement climatique est "une question de vie ou de mort" - Air France nomme une femme à sa tête, une première : Anne Rigail, diplômée des Mines, actuelle DG adjointe et dans l'entreprise depuis 27 ans.  

Le gouvernement espagnol annonce une augmentation de 22% du salaire minimum (qui passera de 850 à 1050€ brut) pour 2019, soit la hausse la plus importante depuis 1977

Strasbourg : des c…ies, une question

Alors qu'on traque encore Chérif C. l'auteur présumé de la tuerie (un délinquant condamné 27 fois et radicalisé en prison), personne n'a perdu de temps pour dire n'importe quoi : sur les réseaux sociaux les théories du complot abondent ("vous ne trouvez pas bizarre le timing de cette attaque au moment où on essaye de faire revenir les gilets jaunes dans le rang ?") et Trump déclare (sur Twitter) que cette attaque devrait pousser les démocrates à voter le financement de son mur avec le Mexique.

Ce qui n'est pas n'importe quoi : c'est que selon Nicole Belloubet (Min. Justice), d'ici fin 2019, 450 détenus radicalisés seront libérés (50 condamnés pour faits de terrorisme et 400 radicalisés en prison). On fait quoi ?

Brexit : le tournant

Donc ce soir Theresa May devra faire face à un vote de confiance de son propre parti (si elle perd, elle doit démissionner, un nouveau PM est désigné par les conservateurs/élu par les militants). Selon toute vraisemblance, elle va survivre et si c'est le cas, ça change pas mal de choses : May n'aura plus rien à craindre de son parti pendant les 12 prochains mois (il ne peut y avoir qu'un vote de confiance/an), son enjeu sera donc de rallier le Parlement

… or celui-ci est majoritairement en faveur d'un soft Brexit. Game Changer ?

En lire plus dans Le Monde

description
Une vraie bonne nouvelle (de France !)

Une vraie bonne nouvelle (de France !)

Franchement il faut avoir l'ouïe fine pour l'entendre, pourtant, oui cette semaine apporte une vraie bonne nouvelle, de France et -- qui plus est -- concernant l'environnement. Vu l'actu aujourd'hui, on s'est dit que ça valait bien qu'on s'y arrête. 

L'Intelligence Unit de The Economist (l'hebdo UK peu suspect d'adoration aveugle du modèle français) a élaboré un index de durabilité des systèmes alimentaires. Un truc très complet prenant en compte une quarantaine d'indicateurs.

Cet indice est important car il permet de classer 67 pays (représentant 90% du PIB mondial) et aborde un sujet fondamental (euphémisme) : quel système de production pour nourrir 7 Mds d'humains aujourd'hui, 10 demain (2050)… sans les étouffer (la chaîne alimentaire c'est un tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre). 

Bref, comme vous l'avez deviné à ce stade de l'article, le pays n°1 au classement : la France ! C'est la 3e année consécutive que nous occupons la place de leader mondial de la soutenabilité alimentaire. #NotTooBad et surtout #MostWelcome

Là où nous excellons : la lutte (et ses résultats) contre le gaspillage alimentaire. Là où nous sommes mauvais : la gestion de l'eau dans l'agriculture (notre note : 0 sur 100). 

En lire plus dans Les Echos

description

Du côté de chez BARNES

Ne cherchez pas, il est impossible de prendre en défaut ce duplex de plus de 300 m2 à Neuilly et proche de la mairie. L'immeuble : du magnifique haussmanien, les étages : les deux derniers (5e et 6e), la vue : dégagée, l'exposition principale : au sud, la rénovation : de très haute qualité, le parquet : en point de Hongrie, l'état général : parfait. Pour le visiter : une seule adresse, BARNES à qui le bien a été confié en exclusivité. Ne cherchez pas.

BARNES. International Realty

Voir le bien sur le site de BARNES

Reality check (détendez-vous)

S'il y a bien un sujet pour lequel l'exagération est la règle, c'est bien celui du sexe ! Tout y est surestimé : les performances, les tailles, le plaisir procuré… et les fréquences. Sur ce dernier point on lira avec profit le sondage IPSOS réalisé dans 19 pays et comparant les estimations et la réalité dans 7 domaines. Pour la France, nos estimations de fréquence de rapports sexuels mensuels (pour les 18-29 ans) sont de 21 pour les femmes et de 23 pour les hommes.

La réalité (rapport Kinsey) : 5 dans les deux cas. On se détend.

Voir l'étude d'IPSOS sur les biais de perception