Si vous avez passé la journée à Matignon

SNCF : Edouard Philippe déclare que le gouvernement "ne reviendra pas" sur 3 points clés de la réforme : "ouverture à la concurrence, fin du recrutement au statut au 1er janvier 2020, changement du statut de l'entreprise au 1er janvier 2020" (cf sujet suivant) - Nanterre : une AG de 700 étudiants (sur 30 000) vote le blocage "illimité" de l'université - L'Iran annonce qu'il pourrait rester dans l'accord sur son programme nucléaire même en cas de retrait des US si les autres parties (Europe + Russie + Chine) lui garantissent le maintien de la levée des sanctions. 

Le pétrole repasse au-dessus des 70$ le baril, une première depuis novembre 2014. Voilà qui devrait arranger les comptes d’Air France (cf sujet central). 

Ça se dessine

Au sortir des réunions de Matignon ce matin on commence à entrapercevoir un scénario de sortie de crise à la SNCF. Si tous les syndicats se prononcent pour la poursuite de la mobilisation, de grosses nuances apparaissent. Pour CGT et Sud Rail "il n'y a rien à négocier", comme prévu... mais la CFDT dit avoir rencontré "un Premier ministre prêt à ouvrir des discussions" et l'UNSA déclare avoir "été entendue". Ça se dessine.

Poids relatif des syndicats à la SNCF (élections 2015) : UNSA + CFDT = 39% (24+15) ; CGT + Sud Rail = 51% (34+17). Ça se dessine mais c'est pas gagné.

En lire plus dans le HuffPost

Profitez de cette semaine

Et de ses nombreux trous, pour regarder le replay de Livres & Vous où étaient invités Olivier Besancenot et Gaspard Koenig. C'est franchement remarquable à tous égards : la structure de la pensée de chacun (qu'on soit d'accord ou pas), le format du dialogue (des réponses qui se déploient, pas des punchlines), l'intelligence -- et l'exigence -- des relances d'Adele Van Reeth. Très sincèrement, à notre humble avis, le meilleur usage possible de 50 minutes de votre semaine.

La partie qu'on a préférée de l'émission sont les 20 dernières minutes où Besancenot et Koenig échangent sur le thème de la liberté. On vous a calé la vidéo sur ce segment. Très très bien.

Voir le passage

description
C'est quand même dingue

C'est quand même dingue

Vous pensez que la résistance de la CGT/Sud Rail à une réforme qui préserve la situation du personnel existant et qui assainit radicalement les finances de la SNCF est un poil surréaliste ? Depuis vendredi soir on a trouvé franchement mieux : Air France !

Contrairement à la SNCF, Air France opère dans un secteur (hyper) concurrentiel. Et ses chiffres sont catastrophiques. Depuis 20 ans, les compagnies françaises (= Air France) ont perdu 1 point de part de marché par an (!). Depuis 10 ans, 90% de la croissance en France du nombre de passagers transportés a été captée par des compagnies aériennes étrangères.

Vous en voulez encore ? La profitabilité d'Air France restaurée l'année dernière (6%) restait 33% plus faible que celle de Lufthansa (9%) et 2x inférieure à celle de British Airways (12%)... et sur le 1er trimestre 2018, la compagnie a perdu 118M€ (4x plus qu'au Q1 2017). C'est cette même compagnie qui, vendredi soir, a dit non à un plan maîtrisé d'évolution de ses charges salariales. Vous avez le droit de préférer le train. 

La grève à Air France coûte 25M€/jour à la compagnie. Elle a été reconduite aujourd'hui (en l'absence de direction de la boîte jusqu'au 15/05) #DigYourOwnGrave

description

Mouvements de mai

Non, Chauffeur Privé ne promet pas la révolution, mais en rassemblant 18 000 chauffeurs, en servant 1,5 million de clients et en constituant le champion français du VTC, il a l'ambition, à son échelle, de participer au mouvement. Le nôtre, confortablement installé dans une berline, celui de ses partenaires chauffeurs et, oui, aussi celui d'un pays qui mérite des transports modernes autant que des entreprises responsables. En mai, rejoignez le mouvement.

En mai, faites mouvement avec Chauffeur Privé et le code promo MAI : 68% de réduction sur chacune des deux premières courses. 

Passez à Chauffeur Privé

Tous au Brésil !

Slate consacre un article intéressant à la notion de "droit à la beauté" qui s'est développée au Brésil depuis les 50s-60s et qui amène aujourd'hui l'Etat brésilien à prendre en charge plus de 500 000 interventions de chirurgie esthétique (effectuées dans des hôpitaux publics) par an. Un nouveau nez, des seins de 20 ans ou un effacement du bidon remboursés par la sécu ? Avant de prendre votre billet pour Rio, lisez donc le papier de Slate...

… des fondements eugénistes de ce nouveau droit de l'Homme à l'expérimentation sur cobayes humains de techniques inédites, il assez probable que vous décidiez de ne finalement rien changer à votre silhouette d'ici l'été. Ça tombe bien, vous êtes superbe. 

En lire plus dans Slate

description