Si vous avez passé la journée sur votre iPhone  (ou Galaxy Note 7)

Si vous avez passé la journée sur votre iPhone (ou Galaxy Note 7)

Juppé à Argenteuil (11 ans après Sarkozy et ses "racailles") parle des "réussites et des talents" des habitants de la ville – Début du transfert des 1.500 mineurs isolés encore hébergés à Calais en collaboration avec les autorités UK (qui en accueilleront une partie) – Marisol Touraine annonce que "les comptes de la Sécurité sociale sont remis d'aplomb, il n'y aura plus de trou en 2017" : déficit prévu (2017) : 400M€ sur un budget de 500Mds€ (soit 0,08%).

En octobre, et pour la première fois, l'internet mobile (accès au web via smartphone ou tablette) a dépassé l'internet fixe (accès via ordi) dans le monde (51% vs 49%). On espère que le site de votre boite est en "responsive".

Discrètement, légèrement, mais officiellement

C'est donc officiel : la croissance à 1,5% cette année à laquelle le gouvernement continuait à afficher de croire (envers et contre tous les prévisionnistes), c'est ter-mi-né ! C'est une petite phrase planquée en conclusion du compte-rendu du Conseil des ministres qui l'annonce en déclarant : "Il est possible que la croissance en 2016 soit légèrement plus faible que prévu." Reste à savoir maintenant ce que veut dire "légèrement", car...

... 0,1 point de croissance en moins, c'est 2Mds€ de recettes budgétaires en moins et donc - potentiellement - 0,1 point de déficit budgétaire supplémentaire… Adieu les 3,3% de déf. budg. promis la main sur le cœur à Bruxelles…

En lire plus dans Le Figaro

Lundi prochain (le 7/11) à 16h34

Si vous êtes une femme salariée, vous commencerez à bosser gratos. En s'appuyant sur les données Eurostat, le collectif féministe les Glorieuses a calculé que la différence de rémunération horaire brute entre hommes et femmes en France (15,1% en défaveur de devinez qui ?) appliquée au nombre de jours ouvrés équivalait à ce que nos copines de bureau travaillent sans solde du 7/11 au 31/12. De quoi légitimement casser l'ambiance au Noël de la boite.

En conséquence, les Glorieuses appellent les femmes à cesser le travail lundi 7 novembre à 16h34. Elles peuvent compter sur la solidarité totale de l'équipe (mixte) de TTSO.

En lire plus dans Le Monde

description

30 second MBA : Le paradoxe du chocolat

On ne cesse de le déplorer : les patrons sont court-termistes. Généralement, on nous dit que c’est à cause de leurs rémunérations et des cours de bourse. Mais ce n’est pas tout.  

Supposez que je vous donne le choix entre un chocolat tout de suite ou deux chocolats demain. Si vous choisissez la première option, vous êtes un agent économique rationnel : pour prendre en compte la valeur du temps, vous utilisez implicitement un taux d’actualisation (élevé). Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ! 

Mais supposez maintenant que le choix soit entre un chocolat dans 365 jours et deux chocolats dans 366 jours. Là, presque tout le monde préfère la seconde option. Pourtant, en théorie, votre taux d’actualisation devrait être le même. D'ailleurs, dans un an tout juste, le choix sera exactement celui du paragraphe précédent…  

Cette incohérence illustre "l’actualisation hyperbolique" : notre taux d’actualisation n’est pas constant dans le temps. Quand les enjeux sont immédiats, notre "biais pour le présent" rend nos décisions plus impulsives et moins "raisonnables" que quand on parle de l’avenir. Autrement dit, nous sommes tous court-termistes. A méditer avant de critiquer votre boss !

Tous les mercredis, Olivier Sibony (ex-senior partner chez McKinsey, prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Une question de management ? Posez-la à Olivier Sibony (Sibo, comme on l'appelle), une fois par mois il choisit un thème soulevé par les lecteurs et y répond. Le joindre : asksibo@timetosignoff.fr

Sinon, Sibo partage déjà sa science dans son très bon bouquin : Réapprendre à décider

description

Israël nous met mal à l'aise

La Knesset s'apprête à voter une loi bloquant l'accès à tous les sites pornographiques aux internautes israéliens, sauf à ce qu'ils demandent expressément à leur fournisseur internet de pouvoir accéder à ce type de contenu. Une interdiction "par défaut" motivée par le souci de protéger les mineurs. Louable. Une obligation à la confession de préférences/libertés totalement privées. Très gênante.

En lire plus dans The Independent