Si vous avez passé la journée à mordre

Si vous avez passé la journée à mordre

La Cour des comptes et l'OCDE publient 2 rapports distincts critiquant l'emploi des jeunes en France. Pourtant priorité du quinquennat, 24% sont au chômage (vs 9,6% de la pop active), malgré 10,5Mds€ d'aides diverses – Antonio Guterres (ex-Premier ministre portugais) favori pour devenir le nouveau secrétaire général de l'ONU, après un vote informel du Conseil de sécurité – Selon le FMI, un quart des banques européennes connaîtraient "d'importantes difficultés", même en cas de reprise.

La Min. de la Culture annonce que les aides à la presse vont passer de 250M€ à 262M€ en 2017 (dont 0 à TTSO, au cas où vous vous poseriez la question). +5%, malgré la disette budgétaire… ça alors ! Mais qu'est-ce qui peut bien justifier ça en 2017 ?

Aujourd'hui, c'est chimie

Le Prix Nobel de chimie a été attribué à 3 chercheurs, un Ecossais, un Néerlandais et un Français : Jean-Pierre Sauvage de l'université de Strasbourg. Pour quoi ? Pour leurs travaux sur les nano-machines : des roues, des muscles, des moteurs ou des ascenseurs à l’échelle d'une molécule. Applications (à venir) : "des minuscules robots que les médecins du futur pourront injecter dans nos veines, et qui partiront à la recherche (de cellules malades)".

Ah oui, un nanomètre, ça fait combien ? 0,0000001 millimètre (il y a 6 zéros après la virgule). Comme le relève Libé, "2 nanomètres correspondent à peu près au diamètre de l’ADN".  

En lire plus dans Libé

Jean-François Martins nous a appelés

Hier, à 19h35, nous avons reçu un appel de l'adjoint à la Maire de Paris chargé du tourisme, JF. Martins. Il était assez mécontent de notre article le mentionnant. L'explication fut virile (mais correcte). De part et d'autre. Quand tout le monde s'est calmé, nous lui avons proposé de nous envoyer ses déclarations sur le sujet et nous sommes engagés à faire des excuses en cas d'erreur manifeste de notre part.

On a lu/écouté ce que M. Martins nous a envoyé. Notre sentiment : on ne saurait effectivement résumer la pensée de l'élu à son retweet (cf son interview sur RTL à partir de 22'). Dont acte. Pour ce qui est de motiver des excuses, on a cherché. Et on n'a pas trouvé.

Une remarque tout de même : on est absolument bluffés -- et pour tout dire un peu troublés -- de la facilité avec laquelle les politiques (de tous bords) se procurent notre numéro de portable...

Lire le mail que nous a envoyé JF. Martins (après son appel)

description
30 second MBA : Le b-a-ba de l'A/B testing

30 second MBA : Le b-a-ba de l'A/B testing

Quoi de plus sage que de mettre une nouvelle idée à l’épreuve de la réalité avant de la généraliser ?

Problème : bien souvent, la conclusion est écrite d’avance. Comme on a très envie que le test réussisse, on comble d’attentions et de ressources le "pilote"… qui, bien sûr, enregistre des résultats positifs ! Mais ceux-ci tiennent moins au contenu de ce qu’on teste qu’au simple fait de changer quelque chose. C’est "l’effet Hawthorne" (version business de l’effet placebo en médecine). Fort de ce "succès", on généralise l’idée, et… patatras. 

Les pros de l’Internet ont la solution : le "test A/B" (c’est la version business de l’essai randomisé contrôlé). On crée deux groupes-tests au hasard ; l’un est exposé à votre idée, l’autre sert de "contrôle". Le PDG de Quora raconte ici comment toute modification du site est testée par un bataillon de statisticiens (qui représente 10% de son effectif !)

Bien sûr, tout ne se teste pas aussi facilement que le look d’une page d’accueil. Mais l’état d’esprit, lui, est universel : un vrai test, c’est un test dont on sera aussi content s’il échoue que s’il réussit. Et où ce sont les faits qui commandent… y compris à nos idées géniales.

Tous les mercredis, Olivier Sibony (ex-senior partner chez McKinsey, prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Une question de management ? Posez-la à Olivier Sibony (Sibo, comme on l'appelle), une fois par mois il choisit un thème soulevé par les lecteurs et y répond. Le joindre : asksibo@timetosignoff.fr

Sinon, Sibo partage déjà sa science dans son très bon bouquin : Réapprendre à décider

Quand va-t-il vous tromper ?

Exploitant les données personnelles (mais anonymes) des 8M d'hommes inscrits sur le site Ashley Madison (rencontres extra-conjugales), deux chercheurs sont parvenus à identifier les âges auxquels les hommes étaient le plus susceptibles d'être infidèles. Conclusion : méfiez-vous des passages de décennie : 29 ans, 39 ans, et surtout 49 ans, sont fatals. Dites-lui Ok pour la Porsche à 50 ans, mais interdisez-lui les "dîners clients".

Autre période critique : à 33/34 ans (même source). 

En lire plus dans le NY Mag