Si vous avez passé la journée dans une grotte

Loi Travail : FO obtient la "garantie" que les branches continueront de primer dans plusieurs domaines, dont les salaires (pour FO, "c'est un point positif"), mais pas les heures sup', où l’accord d’entreprise prévaudra (pour FO, "c'est un point bloquant"). Malgré tout : "on n’est pas dans la logique de poursuivre des manifestations" (Mailly/FO) – LuxLeaks : prison avec sursis pour les lanceurs d’alerte français – Cameron appelle Corbyn à quitter lui aussi ses fonctions au nom de "l’intérêt national".

Nouveau bilan après le triple attentat de l'aéroport d'Istanbul : 41 morts et 239 blessés. L'attaque n'a pas encore été revendiquée.

Re-mar-qua-ble

Hubert Védrine (pas exactement un souverainiste enragé) signe une tribune sur l'UE post-Brexit dans Le Monde. C'est tout simplement ce que nous avons lu de plus intelligent sur ce sujet. Son point : la relance de l'Europe ou le plus d'Europe sont des impasses vouées à l'échec. La seule voie possible est de "recentrer l'UE sur quelques missions clés, tout en laissant la démocratie retrouver son espace au sein de chaque Etat membre"...

... Pour ça, il faut imposer "une subsidiarité massive et drastique à l'UE et la soumettre à la diète normative" pour enfin "sauver l'idée européenne en la libérant de l'européisme". Remarquable.

Lire la tribune de Védrine (Top. Vraiment.)

Vittori voit l'avenir (and we love it)

Dans un article très amusant, l'éditorialiste des Echos prévoit les 10 prochaines années de l'éco UK post-Brexit. On cite : 2017-2018 : contraction brève et violente… puis "miracle britannique" permis par 1) dévaluation de la £, 2) relocalisation soutenue d'activités avec l'essor de l'impression 3D, 3) émergence des géants UK de la biotech, 4) boom touristique et agricole dû au réchauffement climatique, 5) nouvel essor de la City...

"... où le départ de qq activités fut insignifiant à côté de la ruée des financiers US dégoutés par le matraquage fiscal et réglementaire des administrations Clinton puis Trump". Clinton puis Trump. On adore ça aussi.

Lire l'article de Vittori dans Les Echos

description

30 second MBA : Micro-intuitions, macro-bourdes

Comme 99,2% des lecteurs de TTSO, vous étiez sûr(e) du Remain ? C’est le moment de vous demander si, ou plutôt quand, faire confiance à votre intuition.

Bien sûr, l’intuition, ça existe : demandez à un médecin urgentiste ou à un joueur d’échecs s’il serait prêt à s’en passer. Plus précisément, comme disait Napoléon (expert ès Brexit), "l’intuition est réminiscence". C’est l’apprentissage dans des situations réellement comparables qui permet d’acquérir une "expertise intuitive".

Résultat : s'en remettre à l'intuition est une bonne idée quand il s'agit de prendre une décision sur des (micro) problèmes/situations déjà rencontrés à de multiples reprises. Ce que votre instinct vous dicte est le résultat de l'expérience et des succès passés. Go with your guts !

Le problème, c'est que les grosses (macro) décisions sont, par définition, rares, et parce qu'elles sont rares, vous n'avez rien rencontré de comparable qui pourrait guider votre jugement. L'analyse rigoureuse est la seule solution.

"Sentir" la motivation d'un collaborateur, ou le point d'inflexion d'une négo… vous le faites tous les jours, à l'intuition, et vous avez bien raison. Pour ce qui est de lancer un produit, faire une acquisition, ou réorganiser votre boite… don't trust your instincts.

Tous les mois, Olivier Sibony (ex-senior partner chez McKinsey, prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Voir le livre d'Olivier Sibony : Réapprendre à décider

description

Du côté de chez BARNES

Les voies privées d'Auteuil sont des oxymores : en plein cœur de Paris, elles offrent le charme et la sérénité d'une province idéale. Il est donc normal qu'y pénétrer donne le sentiment de goûter à un privilège rare. Une impression en tout point confirmée par la visite de cette charmante maison/atelier d'artiste de 4 chambres (+ jardin et parking) qu'abrite ce hameau. Laissez donc BARNES vous y guider.

BARNES International Realty

Voir le bien sur le site de BARNES

Où trouver l'amour cet été ?

Slate a fait le palmarès des villes où le déséquilibre femmes/hommes était le plus fort. 3 tranches d'âges ont été étudiées : 20-29 ans, 30-39 et 40-49. Les résultats sont évidemment passionnants (et présentés sous forme de graphiques fort pédagogiques), mais peuvent surtout s'avérer extrêmement utiles si vous en êtes à choisir (ou exclure !) une destination pour des vacances de célibataire.

Vous voulez maximiser vos chances auprès d'hommes (de 30 à 39 ans) ? Choisissez Brest : 156 hommes pour 100 femmes. Attiré(e) par les femmes (de 30 à 39 ans) ? Franchissez juste le périph' : Neuilly : 68 hommes pour 100 femmes (on a résisté à faire une vanne sur Sarko, mais ça a été dur !)

En lire plus dans Slate

description