Si vous avez passé la journée à regarder la courbe

Radovan Karadzic (le leader serbe de Bosnie) reconnu coupable de génocide (à Srebrenica) & de crimes contre l'humanité, condamné à 40 ans de prison – Alors que l'armée syrienne entre dans Palmyre, l'armée irakienne (aidée par des milices chiites) lance une offensive de reconquête de Mossoul – Mort de Johan Cruyff à 68 ans (cancer poumons) : Platini salue "le meilleur joueur de tous les temps". On doit bien dire que ce but (1973) est au-delà de magique.

Bond du chômage en février : +1,1%. La baisse de janvier (-27.900 en catégorie A), en partie inexpliquée, entièrement effacée par la forte hausse du mois dernier (+ 38.400). Vraiment terrible.

Bienvenue amis Libyens !

Interrogé sur la Libye ce matin, Le Drian (Min. Déf.) évalue à 800.000 le nombre de migrants massés sur les côtes libyennes. Vous pensez que la France pourra leur interdire son territoire comme à de vulgaires Syriens ? Think again ! Autant nous (= la France) pouvons soutenir n'être pour rien dans les malheurs de l'Irak/Syrie, autant les Libyens sont assez légitimes à nous demander d'assurer le service après-vente de la cata BHLo-sarkozyenne !

Le 12/09/2015, Nicolas Sarkozy tweetait le message suivant : "Je m'étais occupé de la Libye. Il fallait donc qu'ils la laissent tomber." Juré.

En lire plus dans L'Obs

Bien pire que les 35h

Quoi ? Internet ! Le cabinet Olfeo sort son étude annuelle sur l'usage d'internet dans les boites. Résultat : sur une journée de boulot, vous surfez pendant 2h10, dont 1h15 à des fins personnelles, ce qui équivaut tout de même à 6h15/semaine ou 1 mois par an, passé sur YouTube ou LinkedIn pendant les heures de bureau... Soit une baisse de 17,6% de votre productivité. Dieu merci, lire TTSO ne vous prend que 2 minutes.

Quels sites visitez-vous au boulot : Infos/médias/blogs/forums = 40%, YouTube/Deezer/Spotify = 15%, e-commerce = 13%, Facebook & réseaux sociaux = 9%... Porno = 3% (soit 2min25/jour. Rassuré/e ?)

Voir l'étude

description

Pour la déchéance du nom (remarquable)

Le texte de Gaspard Koenig (ainsi que l'illustration de Daniel Maja qui l'accompagne), dans le Time To Philo de cette semaine, est tout simplement remarquable. Petit résumé et larges citations de cette lecture indispensable.

"A chaque attentat, nous sommes abreuvés des noms des terroristes (...) Ils sont sur la bouche des chefs d’Etat, en titre des journaux, en hashtags sur les réseaux sociaux (...) Mais en nommant ainsi les assassins, en en faisant des antihéros de télé-réalité, ne sommes-nous pas en train de leur offrir la postérité ?"

Or les ressorts narcissiques du terrorisme sont bien identifiés. Dans Le Mur, Sartre dresse le portrait de Paul Hilbert, "petit employé aigri, misanthrope timide, refoulé sexuel". Son ambition : le crime de masse : "Un jour, pense-t-il, au terme de ma sombre vie, j'exploserais et j’illuminerais le monde d'une flamme violente et brève." Ça vous rappelle quelque(s) un(s) ?

4 siècles avant notre ère, les Grecs avaient pourtant trouvé la contre-mesure : pour punir Erostate, qui avait incendié le temple d'Artémis (une des 7 Merveilles du monde), ils avaient interdit qu'on cita le nom de l'incendiaire dans les livres d'histoire. Hélas, un historien désobéit. Ne répétons pas son erreur, ne nommons plus les terroristes.

Time To Philo, c'est la newsletter qui, toutes les semaines, passe l'actu sous la loupe des philosophes. En moins de 500 mots. Compréhensibles.

S'abonner à (et lire) Time To Philo (gratuit, votre email jamais communiqué, etc.)

description

Partir Loin (avec Marco Vasco)

En Nouvelle-Zélande... Ne cherchez pas, il n'y a pas plus loin ! Entre Auckland et vous : 18.548 km. Soit à peu près le nombre de fois où vous vous émerveillerez devant la beauté des paysages néo-zélandais. De plage en glacier, de bush en forêt luxuriante, de volcan en vignoble, comptez sur Marco Vasco pour vous aider à ne rater aucun "Wow !!!". 

Tous les jeudis, Marco Vasco, créateur de voyages personnalisés, partage ses découvertes.

Aller sur le site de Marco Vasco

Lire au lit

"La main avançait de nouveau en pleine félicité. Tout à coup elle bascula, glissant sur la peau satinée et fraîche, vers le creux dont elle venait de percevoir la chaleur et qu'il l'appelait, les doigts sur la peau si fine, si douillette, si enfantine, si étrangement voisine du plus animal secret. Ils touchaient la soie du dernier obstacle (...) Le bout des doigts crispés se coulait sous l'étoffe. Plus de peau : un contact électrisant, c'était le nid." Lucien Rebatet - Les deux étendards (1951)

Chaque semaine, TTSO vous ouvre son anthologie de la littérature érotique.

Se procurer Les deux étendards