Si vous avez passé la journée à relire la Constitution

Devant la mobilisation (Pécresse, Mélenchon, Hidalgo...), Hollande pourrait gracier Jacqueline Sauvage (condamnée pour avoir tué son mari après des années de sévices sexuels/physiques contre elle/ses enfants) – Myriam El Khomri propose que les salariés puissent valider par référendum un accord d'entreprise, même si des syndicats majoritaires s'y opposent – Le Conseil d’Etat rendra sa décision sur le maintien de l'Etat d'urgence mercredi à 17h00 (voir sujets suivants).

Héritage direct de l'Ancien Régime, l'article 17 de la Constitution stipule que "le Président de la République a le droit de faire grâce". Le PR peut ainsi supprimer ou réduire la peine d'un/une condamné/e #useit

Prolonger l'état d'urgence : les arguments pour

Développés par l'avocat du Min. de l'Intérieur : 1) "Le péril imminent demeure." 2) "La police n'a pas encore exploité toutes les possibilités" offertes par la loi. 3) Il faut conserver l'état d'urgence le temps que le gouvernement se dote "d'outils pour faire face à cette nouvelle forme de menace", c'est à dire fasse voter le projet de loi "renforçant la lutte contre le crime organisé et son financement".

Le projet de loi cité ci-dessus devrait être examiné en Conseil des ministres en février et au Parlement dans la foulée.

En lire plus dans Le Monde

Prolonger l'état d'urgence : les arguments contre

Développés par l'avocat de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) : 1) Oui, la menace persiste, mais un "état d'urgence permanent" ne peut être accepté, "si l'on veut maintenir notre démocratie, il est urgent de revenir à notre droit commun"... d'autant plus que 2) le droit commun de lutte contre le terrorisme est suffisant, en particulier en matière de perquisitions (de nuit) ou en permettant de poursuivre "dès l'intention" (et non pas après les faits).

Surtout 3) la LDH pointe le problème fondamental pour le président : "Il devient politiquement impossible" de supprimer l'état d'urgence… et le Conseil d'Etat (en l'y forçant) "a un rôle historique au moment où le politique est piégé". Bien vu.

En lire plus dans Le Monde

description

Taxis : allons au fond

Sur les VTC, nous ne faisons pas mystère de nos sentiments. Mais on peut se réjouir de l'arrivée d'Uber et autres et reconnaître que le problème des taxis ne peut se balayer d'un revers de main. Le Huff Post y consacre d'ailleurs un article fort bien fait qu'on vous résume.

Le cœur du problème des taxis, c'est la licence. Concrètement, ils doivent l'acheter (ou la louer), car les préfectures n'en accordent quasi pas/plus. Et ça coûte très cher : 200.000€, voire plus à Paris.

Pouvoir revendre sa licence est indispensable : c'est le moyen de financer son achat et bien souvent le capital retraite des taxis. Si, du jour au lendemain, on peut faire leur métier sans licence (= les VTC), ce capital perd toute valeur. On comprend le sentiment d'injustice.

Que faire ? Faire racheter toutes les licences par l'Etat ? C'est à l'étude, mais ça coûterait entre 5 et 8Mds€ (soit, par exemple, entre 1x et 1,6x ce que rapporte l'ISF) et ça, il n'en est pas question. Du coup, à Davos, Macron a évoqué avec le patron d'Uber (Travis Kalanick) l'idée que les VTC portent (partiellement) le coût...

... Réponse de Kalanick : "Les fabricants de voitures ont-ils payé pour la disparition des chevaux ?". Ça a pas l'air gagné.

En lire plus dans le Huff Post

description

Clarins. Vous avant tout.

Même s'il s'est fait très discret cette année, l'hiver n'a pas manqué d'agresser vos peaux de femmes actives. Aussi, pour accueillir dignement (et même un peu en avance) le printemps, Clarins vous présente sa nouvelle ligne de maquillage Printemps 2016 "Eclat Instantané". Faites retrouver à votre teint tout l'éclat d'un mois d'avril. Dès ce soir.

En janvier, dans TTSO, l'année commence en beauté avec Clarins.

Découvrez la ligne Eclat Instantané de Clarins

La Q de la semaine

Aujourd'hui, l'ambiance était à la grève, puisque manifestement, selon les taxis, les instits, les fonctionnaires ou les contrôleurs aériens, il faut en passer par là pour se faire entendre. Du coup, on se demandait : Et dans la petite république qu'est votre couple, avez-vous déjà connu une grève du sexe ?

Résultats de notre Q de la semaine dernière : Votre partenaire vous a trompé, il/elle revient et jure qu'il/elle a changé : vous lui offrez une seconde chance ? Non : 34,9% ; Oui : 20,2% ; Peut-être... à l'essai : 45%

Participer à notre grande enquête nationale