Si vous avez passé la journée à la Fnac

La BCE abaisse son principal taux directeur à 0,05% (plus bas historique) et annonce un programme de rachat de dette privée pour soutenir le marché du crédit – Mosco hériterait finalement du job de commissaire européen à la Concurrence (et non les Affaires Eco, poste bien plus important) – Hollande détaille les conditions pour la livraison du Mistral à la Russie : un cessez-le-feu appliqué et un "règlement politique" mettant fin au conflit entre Ukrainiens et Russes.

Selon la Fnac, le livre de Trierweiler (sorti aujourd'hui) réalise le "plus gros démarrage depuis cinq ans"

Finalement, il ne va rien se passer

Vendredi, nous nous réjouissions que Valls/Macron se soient résolus à passer par les ordonnances pour réformer l'économie : "Attention, il va peut-être se passer quelque chose !" nous disions-vous. Enfants que nous sommes ! Aujourd'hui, on annonce que, tout bien pesé, Valls renonce aux ordonnances pour réformer le travail le dimanche. On votera. Il n'y aura donc pas de vraie réforme. On peut se rendormir (en comptant les chômeurs). 

Selon le Credoc, l'ouverture dominicale pourrait aboutir à la création de 14.800 emplois dans le commerce non-alimentaire (en faisant l'hypothèse d'une ouverture de 20% des magasins le dimanche)

En lire plus dans Les Echos

Par pitié, payez vos factures !

Selon une étude parue aujourd'hui, plus de deux tiers des entreprises françaises paient leurs factures en retard ! Pire, plus les entreprises sont grosses, plus elles sont mauvaises payeuses : 38% des micro-entreprises payent à l'heure, 23% des PME (10 à 250 salariés)… et seulement 8,5% des boites employant plus de 250 personnes. Non, le code du travail n'est pas responsable de toutes les faillites en France !

En Allemagne, 70% des entreprises payent leurs factures à l'heure (même source)

En lire plus dans La Tribune

Déflation : avant de la craindre, comprenons-la

Tout le monde en parle, tout le monde la redoute, tout le monde veut l'éviter (voir plus haut les décisions de la BCE aujourd'hui)… mais la déflation, c'est quoi ?

Une baisse des prix constatée sur une longue période. "Ben c'est pas horrible" nous dites-vous : la baisse des prix, ça veut dire qu'un iPhone6, une Porsche ou une (nouvelle) paire de Louboutin vont enfin être à votre portée. "Hélas, non" nous répondons-vous. Déflation = recul de la croissance, de vos revenus, explosion du chômage etc. Pourquoi ? Car les ménages reportent leurs achats (par anticipation d'une baisse des prix) et les entreprises, face à la faible consommation, diminuent leur production/investissements et licencient. Et tout ça s'auto-alimente en un petit cercle bien dégueu !

Pourquoi ça fait si peur ? Parce que, autant il existe des techniques pour maîtriser l'inflation (limitation du crédit/réduction de la masse monétaire, désindexation des salaires/pensions sur les prix, …), autant, parce qu'elle repose avant tout sur la psychologie des acteurs (ménages, entreprises), la vision qu'ils ont du futur (leurs anticipations), il est très très difficile de sortir de la déflation. Demandez aux Japonais qui en émergent (peut-être & à peine) après 15 ans ! 

Inflation Zone Euro sur les 3 derniers mois : juin : 0,49%, juillet : 0,38%, août : 0,3% (plus bas niveau en 5 ans)

En lire plus sur BSI Economics

Partir loin

Déjà 2 semaines de bureau depuis la rentrée : il est temps de penser aux vacances ! Ça tombe bien, Marco Vasco, le spécialiste des voyages sur mesure, vous a préparé un petit itinéraire à partir de Miami, sans doute la ville la plus sexy des Etats-Unis. Le quartier Art Déco, Key West, les ondes cubaines et même un tour par les parcs d'attraction d'Orlando pour calmer vos enfants. N'attendez pas d'avoir débronzé.

Tous les jeudis, Marco Vasco, le spécialiste des voyages sur mesure, partage une découverte

Aller sur le site de Marco Vasco

Lire au lit

"Lou, encore une fois je veux que tu ne te fasses pas menotte trop souvent. Je vais être jaloux de ton doigt. Je veux que tu me dises quand tu t'es fait menotte et que tu résistes un peu. Je serais obligé de te corriger. Tu ne fais aucun effort de ce côté. Tu es merveilleusement jolie ; je ne veux pas que tu te fanes en t'épuisant par les plaisirs solitaires (...) Je ne veux pas qu'une grande fille comme toi qui a un cul superbe et a déjà fait cornard son mari, se branle comme un petit garçon pas sage." Guillaume Apollinaire – Lettres à Lou (1914-1916)

Tous les jeudis, TTSO vous ouvre son anthologie de la littérature érotique

Se procurer le livre (Fnac)